leur spécificité

le mot « Kabbale » veut dire en hébreu réception, transmission, tradition.Texte qui fut rédigé au moyen-âge en réponse au mouvement rationaliste aristotélicien lancé par Maîmonide fin du XIIème siècle, mouvement qui fut poursuivi par Al Farabi et dont l’apopée s’inscriva fin XIIIème siècle avec Avéroes. La cabale avait pour but de ramener vers la tradition hébraîque tous ces juifs fascinés par ce mouvement philosophique. C’était en quelque sorte un procès en réaction à cette philosophie d’importation. Mais parallèlement l’influence des mystiques musulmane et chrétienne ont aussi contribué à sa réalisation par phénomène de concurrence. C’est ainsi que ce courant de réinterprétation des écritures vit le jour dans le royaume catholique de Castille. En effet la religion hébraîque était engoncée dans des interdits qui freinaient toute évolution spirituelle. Les chrétiens parlaient des juifs en ces termes « sensus judius, sensus carnalis ». Eux dont la mystique reflorissait après le mouvement de Priscilianus et avec Sainte Thérèze d’Avila dont les parents étaient des juifs convertis au christianisme. Ainsi les mystiques des trois monothéismes mutuellement se stimulèrent.
Après l’impossibilité brutale de se réunir pour les académies juives de Babylone à la fin du Vème siècle P.JC , il y eut un hyatus dans l’histoire du judaïsme.. C’est ainsi qu’entre le Talmud babylonien et la Cabale se sont écoulés huit siècles.
Chronologiquement les écritures hébraîques sont constituées par :
- La Thora VIIIème siècle A.C
- Le Midrach qui se décompose en deux midrachim 2ème siècle P.C
- Le Talmud Vième siècle P.C
- La cabale XIIème siècle P. C
Le texte fondateur de la Cabale est le Zohar. Zohar veut dire lumineux, mot en relation avec le symbolisme lumineux des écritures. Le Zohar a commencé à circuler par petits feuillets. L’autrichien Rabi Adolph en était l’auteur. Le texte se compose en vingt deux strates et se présente comme l’interprétation mystique des péricopes de la Thora. Le territoire rabinique était parfaitement balisé, on ne pouvait alors que l’approfondir. L’Espagne recevait ces marchands arabes venus d’Orient.
Ainsi la cabale fut rédigée par Moïse de Léon, rédacteur auprès des sénacles de mystique juive du royaume de Castille. L’influence de L’Inde se fit sentir avec des notions de transmigration de l’âme tout particulièrement dans l’interprétation cabalistique de Job dans le gilgoul.