arbre généalogique des carolingiens

Pépin le Bref chef de palais à la cour des mérovingiens prend le pouvoir en 751
Vous trouverez l’arbre généalogique dans ce lien :
https://www.google.ch/imgres?imgurl=http://www.ballade-medievale.fr/carolingiens/images/gene_carolingiens.gif&imgrefurl=http://www.ballade-medievale.fr/carolingiens/arbre_genealogique.htm&h=651&w=590&tbnid=bhB5za8oyy9y2M:&tbnh=160&tbnw=145&usg=__NTrEWPdPE40LGI-E3_BzL7_-exo=&vet=10ahUKEwivmbeMpZrWAhUHPBQKHb6nCVsQ9QEIKjAA..i&docid=_XDAc_Wf0n8b4M&sa=X&ved=0ahUKEwivmbeMpZrWAhUHPBQKHb6nCVsQ9QEIKjAA

Pour la Gascone, c’est Charles le Chauve, le petit fils de Charlemagne, fils de Louis le Pieux qui nous intéresse
Voila ce que nous dit Encyclopédia universalis de cet homme :

CHARLES II LE CHAUVE (823-877)
Roi de France (843-877) et empereur d’Occident (875-877)
Fils cadet de Louis Ier le Pieux, âgé de vingt ans en 843, Charles avait reçu une éducation soignée. Doué d’un goût artistique très sûr, se passionnant pour les lettres, la dialectique et la théologie, il fit de sa cour, où enseigna de 845 à 867 Scot Érigène, un centre brillant de culture. Mais cet intellectuel eut un règne mouvementé. La partie occidentale de l’Empire d’Occident lui était échue au traité de Verdun en 843. Les circonstances lui imposèrent un combat perpétuel : contre des clans infidèles de l’aristocratie qui n’hésitèrent pas à faire appel à deux reprises à son frère Louis le Germanique, contre les Bretons auxquels il fallut céder les comtés de Rennes, Rézé et Nantes, contre les Aquitains dont il finit par reconnaître le particularisme, contre les Normands surtout, créateurs d’un état permanent d’insécurité dans les régions bordant la Seine et la Loire.
Nous nous attarderons alors sur son scribe et guerrier petit fils aussi de Charlemagne, fils de la fille aimée de Charlemagne, NITHARD dont on vient de retrouver les dépouilles égarée à l’Abaye de Riquier
Ecoutez l’émission de france culture sur le sujet
 :https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/langue-francaise-24-un-crane-fendu-et-quelques-lignes-pour-la